Un esprit sain dans un corps sain, pour une société en bonne santé: Les avantages économiques et de santé de l’allaitement maternel pour les bébés prématurés et la société

Baar, le 13 novembre 2017. «Le meilleur médicament que l’on puisse administrer à un nourrisson prématuré est le lait de sa mère», affirme le professeur Guido Moro. La première méta-analyse jamais menée au monde dans ce domaine porte sur plus de 100 000 nourrissons prématurés au Royaume-Uni et en Allemagne. Ses conclusions démontrent sans ambiguïté que le lait maternel préserve des vies et renforce le développement du système immunitaire et cérébral. Ce sont des dizaines, voire des centaines de millions d’euros qui pourraient être économisés chaque année sur les dépenses d’éducation et de santé. Tous les bébés prématurés hospitalisés doivent désormais pouvoir bénéficier de lait maternel.

Health Preterm Infants

Au Royaume-Uni, nourrir au lait maternel les 51 000 nourrissons qui naissent prématurément chaque année dégagerait une économie de 62 millions d’euros sur la même période. En Allemagne, elle s’élèverait à 89 millions d’euros pour 58 000 nourrissons prématurés. Et ce n’est qu’un début. Cette nouvelle étude menée par des économistes du York Health Economics Consortium démontre que la décision de nourrir les nourrissons prématurés au lait maternel dès leur naissance à l’hôpital présente des avantages à vie, pour ces nourrissons et pour la société tout entière.

L’alimentation au lait maternel évite des complications souvent mortelles qui surviennent durant la première année des nourrissons, comme le syndrome de la mort subite du nourrisson (SMSN), les entérocolites nécrosantes (ECN – destruction partielle du tissu intestinal) et la septicémie. L’étude estime que l’alimentation au lait maternel éviterait 475 décès chaque année, rien qu’au Royaume-Uni et en Allemagne.

L’alimentation précoce au lait maternel réduit également la probabilité de maladies coronariennes, d’obésité et de troubles du développement neurologique à mesure que le nourrisson grandit et mûrit. Non seulement le lait maternel préserve des vies, mais il en améliore la qualité.

La réduction des dépenses de santé directes, d’une part, et l’efficience accrue, d’autre part, illustrent les considérables répercussions sociétales qui se feront sentir tout au long de la vie. Nourrir la population de nourrissons prématurés au lait maternel chaque année ferait gagner 201 millions d’euros supplémentaires au PIB britannique et 174 millions d’euros au PIB allemand.

«Les dépenses d’éducation pour ces nourrissons éclipsent les dépenses de santé», affirme la professeure Paula Meier dans cet entretien exclusif au cours duquel elle explique en quoi le lait maternel affecte le développement cérébral. L’étude récente qu’elle a menée au Rush University Medical Center (1) porte sur les nourrissons prématurés dont le poids à la naissance est faible. L’étude conclut que plus ces nourrissons reçoivent de lait maternel, meilleure est leur performance cérébrale à court terme et tout au long de la vie. Le lait maternel optimise également le développement cérébral ultérieur, à l’adolescence, lorsque le cerveau et l’organisme subissent un stress non négligeable (2).

«Le meilleur médicament que l’on puisse administrer à un nourrisson prématuré est le lait de sa mère. Voilà ce que je répète à toutes les mères inquiètes à l’hôpital», affirme le professeur Guido Moro. Premier président de l’European Milk Bank Association (association européenne des banques de lait maternel), il a également reçu la Médaille d’or de la ville de Milan pour son œuvre sociale et scientifique.

Les 15 millions de nourrissons prématurés qui naissent dans le monde chaque année représentent 11% de la population mondiale. La conception du modèle York vise donc une application universelle. Ainsi, chaque pays sera en mesure d’évaluer le potentiel d’atouts pour la santé et de bénéfices économiques que promet l’alimentation au lait maternel des nourrissons prématurés en fonction de son propre système de santé.

James Mahon, économiste et principal auteur de l’étude York affirme: «Les résultats sont criants. Si un produit pharmaceutique sans effet secondaire assurait au National Health Services d’économiser 34 millions d’euros annuels, le gouvernement britannique ne tarderait pas à faire pression, à juste titre, pour l’incorporer aux bonnes pratiques cliniques.» Il est temps que l’alimentation des nourrissons prématurés au lait maternel devienne la norme hospitalière universelle.

Health Economic Value Per Preterm Infant

Contact presse Medela:

Olivia Coker-DeckerCommunication du Groupe

Medela AG

Lättichstrasse 4b

6340 Baar, Suisse

E-mail:              olivia.coker-decker@medela.ch

Téléphone:      +41 41 562 13 67

Mobile:             +41 79 109 94 69

-----

(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28768286

(2) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3777218/